samedi 17 mars 2012

Deux jours de silence en presta dans une banque

Dans le cadre d'une mission de prestation dans une grande banque j'ai été amené à travailler dans un service nouvellement créé. Réorganisation après réorganisation, les personnes sont affectées, réaffectées années après années. Cette fois ci l'histoire se répète ... mais un peu plus vite.

L'équipe était créée depuis deux mois, quatre personnes dans un bureau juste aménagé. Aucune mission pour l'instant, pas de chef, pas d'objectifs ... Juste un bureau et quatre personnes. Avec un peu de recul, je revois aujourd'hui cette situation surréaliste, en lévitation dans l'entreprise, déconnectée des process et complètement intemporelle.

Un collègue passe sa journée à appeller sa mère qui est souffrante, à suivre la commande de son nouveau lit, à régler les problèmes de sa petite dernière qui fait des siennes au collège. Un autre, prestataire, se renseigne ici et là pour une mission chez un autre client, encore un mois à tenir avant la fin du contrat ... Le troisième lit beaucoup, sur internet, des bouquins techniques et des romans ... Pour ma part, je lis aussi les documents internes, je me renseigne sur le client et sur son organisation interne, simplement par curiosité.

Cette fois-ci la nouvelle réorganisation a été plus vite que prévue ... juste un plus vite que la précédente. A la création du service, les personnes qui devait y travailler savait déjà qu'il serait supprimé au bout de six mois.

Et il y eu deux jours, avec une mère moins souffrante, sans livraison prévue, sans problème au collège, sans nouvelles pour de nouvelles missions. Le silence est alors entré, s'est installé, comme un invité qu'il ne fallait pas déranger. Il est resté là deux jours ponctué par le bruit des claviers et des mouvements de pages, insensibles aux allées et venues des collègues.

Il s'est échappé à l'ouverture de la porte : "Vous voulez commander des capsules de café ?".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire